Fruits et fleurs obtenus à St Cyr au Mont d’Or.

St Cyr et ses vergers aux 19ème et 20ème siècles :

Le village de St Cyr au Mont d’Or orienté vers le sud, est adossé au Mont-Cindre et descend   doucement jusque vers Collonges et St Rambert , en se rapprochant de la plaine de la Saône à l’est et de Vaise au sud.

Les hauts de St Cyr vers le Mont-Cindre, sur un sol calcaréo-marneux, étaient couverts de vignes jusque vers 1914 :     Lire le très bon article de MC Pralus sur l’histoire de la vigne à St Cyr : http://www.stcyraumontdor.fr/Histoire-de-la-vigne

Hélas, la vigne a disparu de notre village à l’heure actuelle…à la place, des villas ont fleuri sur les pentes du Mont-Cindre.

En descendant vers la Saône, on trouve un sol sur substrat de colluvions, loess et limons propice à la culture. Les hameaux de Nervieux, les Ormes, Mercuire, Serpoly, les Charbottes, la Chaux et Vacques* (anciennement Vaco) situés dans cette zone, formaient un grand verger jusqu’à Collonges. Les sources y étaient nombreuses et permettaient une bonne irrigation.
•Vacques fut détaché de St Cyr et englobé dans St Rambert en 1836.

Le quartier de la Chaux fut toujours renommé pour ses cultures : Voici ce qu’on pouvait en dire au début du 20ème siècle :

 » La terre y est excellente et le sol presque plat est plus facile à travailler que dans le reste de St Cyr. Autrefois, la culture des fleurs médico-pharmaceutiques y fut très en faveur.
Depuis plus de cent ans, ce sont les arbres fruitiers qui occupent presque tout le terrain.

…L’importance du hameau de la Chaux s’explique enfin par la présence dans son sol, à peu de profondeur, d’une eau abondante et excellente, malgré sa forte densité calcaire… »        « St Cyr est maintenant un grand verger. La qualité de ses fruits y est renommée. Seule, la poussée constructive actuelle peut, en réduisant les terrains de culture, amener une disparition des vergers.  »
(St Cyr et les Monts d’Or – Dr Gabourd – 1968 p.174).

Quelques horticulteurs nous font encore profiter des beaux fruits qu’ils ont obtenus à St Cyr :

1 – * Pierre BERGERON, (1875-1952) horticulteur à St Cyr, hameau de la Chaux, obtenteur de l’abricot « Bergeron ». Voir la généalogie de Pierre Bergeron :  Fiche de Pierre BERGERON

Abricotier Bergeron – merci à mesArbustes.com.

C’est à la Chaux que Pierre Bergeron obtint officiellement en 1920 l’abricot qui porte son nom.  Appelée plus rarement « Gabrielle Bergeron » du nom de sa fille, née en 1903, cette variété, issue d’un semis de hasard obtenu par Gabriel Bergeron, le grand-père, est très répandue maintenant à cause de sa floraison tardive, qui la rend moins sensible aux gelées printanières et aussi pour sa belle coloration jaune et rouge.

Gabriel Bergeron (1851-1942), le grand-père, est né à Limonest, hameau de la Bruyère et s’est marié en 1873 avec Cécile Guillot qui habitait au hameau de la Chaux à St Cyr.

Pierre avait donc des cousins à Limonest,  d’ailleurs, à l’heure actuelle, la ferme Bergeron est toujours visible à la Bruyère (cernée par la ZAC de Limonest) . On peut y renconter Maryse et Marinette les cousines, installées dans leur maison derrière la ferme paternelle.Elles se souviennent de leurs visites chez les cousins de St Cyr/la Chaux où elles se rendaient à pied.

Après la mort de son père en 1952, Gabrielle Bergeron, divorcée et ayant perdu son fils unique en 1940, vécut quelques années avec sa mère au N°15 de la rue de la Chaux, jusqu’à la mort de celle-ci en 1970.  Gabrielle cultiva ensuite du muguet  de l’autre côté de la rue de la Chaux. Elle décéda en Février 1988, fut inhumée au cimetière de St Cyr, et faute d’héritiers, fit un don à l’association « Notre Dame de Sion » à charge pour elle d’entretenir sa sépulture.

Cimetière de St Cyr – famille Bergeron

Source : merci à Mr Claudius Thibaud de St Cyr.

 

2 – Jacques Dumont  (1831-1899)  St Cyr, hameau de la Chaux, obtenteur de la pêche « Belle de St Cyr »  :
C’est aussi à la Chaux, dans le clos Falsan, chez Albert Falsan, géologue du Mont d’Or, très connu pour sa monographie géologique du Mont d’Or éditée en 1866  fiche d’Albert FALSAN  que Jacques DUMONT** , grand-père de Pierre DUMONT qui fut maire de St Cyr de 1944 à 1959 , obtint vers 1880 la pêche qu’il appela » Belle de St-Cyr » et qui mûrit au mois d’Août. Chose curieuse, « jamais les pêches issues par greffons de ce premier pêcher ne donnèrent des fruits aussi bons et aussi beaux que lui… » (St Cyr et les Monts d’Or – Dr Gabourd – 1968)

**Jacques DUMONT, jardinier au clos Falsan, créateur de la pêche « Belle de St Cyr », St Cyr au Mont d’Or, la Chaux vers 1896.   Fiche de Jacques DUMONT

Georges Debombourg, cultivateur né à St Cyr en 1929, décédé en 2016, qui habitait au hameau des Charbottes se souvient que la pêche « Belle de St Cyr » était encore cultivée par Lambert Défarges, horticulteur du hameau des Orme.

 

Lambert Défarges – Photo : merci à Horti-Lyon

3 – Lambert Défarges (1816-1900), St Cyr, lieu des Ormes, obtenteur de l’abricot « Défarges » en 1867.
Lambert Défarges obtint, quant à lui, en 1867,dans ses vergers des Ormes, le fameux abricot Défarges qui lui valu de nombreux prix de la société de Pomologie.

Lambert DÉFARGES, horticulteur, obtenteur de l’abricot Défarges, St Cyr, les Ormes . 1816-1900.  Fiche de Lambert DÉFARGES
– Fondateur de la société d’horticulture pratique du Rhône (1843), fondateur de la Société de Pomologie, – Membre du Comice agricole de Lyon, duquel il a obtenu nombre de médailles . – Chevalier du Mérite agricole au concours régional de Lyon en Septembre 1897.

 

En 1867, Description de  »l’abricot « Défarges » : merci à Horti-Lyon

Rouge du Roussillon – illustration pr abricot Défarges – merci à mesarbustes.com.

« …Peau très fine, soyeuse, presque glabre sur la partie la plus éclairée, passant du vert pâle au jaune d’or, ensuite au rouge orange pour se laver abondamment de rouge purpurin violacé du côté du soleil; cette belle teinte, rare sur les abricots se tache parfois de pourpre foncé. Chair fine, ferme, succulente, jaune orange, pourvue d’une eau suffisante, sucrée, parfumée, relevée d’un léger goût musqué fort agréable. Maturité : Ce bien joli et bon fruit, encore peu répandu, mais qui bientôt abondera sur les marchés, où il sera recherché pour ses qualités, son beau volume et sa belle couleur, murit du milieu de Juin au commencement de Juillet;… »
Source : Article (Abricot Desfarges.), 1867, vol. Tome 6, extrait de Pomologie de la France, ou histoire et description de tous les fruits cultivés en France et admis par le congrès pomologique institué par la Société d’Horticulture pratique du Rhône. Bibliothèque de la Société d’Horticulture de Lyon  Merci à Horti-Lyon

1898 : Paternité de l’abricot Défarges : Petit-fils d’un arboriculteur, il avait déjà, à 12 ans, un tel goût pour l’arboriculture, que son grand-père se faisait une joie de l’initier aux pratiques de sa profession. (…) Il a vu nombre de ses gains, en arbres verts principalement, appréciés et récompensés dans les expositions, mais, surtout, il a eu le bonheur, je dirais volontiers la gloire, de créer une nouvelle variété d’abricot, savoureuse, exquise entre toutes, ‘l’Abricot Défarges » ‘et c’est là qu’il faut chercher, je pense, le secret de cette belle et sereine vieillesse….

Source : Article (M. Lambert Desfarges.), 1898.- p. 433-434, extrait de Lyon Horticole Bibliothèque de la Société d’Horticulture de Lyon et/ou bibliothèque du Jardin Botanique de Lyon Auteurs : David Sources : Lyon Horticole Merci à Horti-Lyon

 

 

 

 

1898 : Lambert Défarges présente à la société de pomologie de Lyon, le bigarreau court « picou » ou « courte-queue » qu’ils ne connaissaient pas…

Bigarreau Courte-queue – merci à Pépin’hier : http://www.pepin-hier.fr

(Article (Bigarreau court « picou »), 1898.- p. 348, extrait de Lyon Horticole Bibliothèque de la Société d’Horticulture de Lyon et/ou bibliothèque du Jardin Botanique de Lyon Auteurs : Morel, F.) Merci à Horti-Lyon.

 

 

 

 

 

Lambert Défarges avait une ferme aux Ormes, dont la grande bâtisse existe toujours au 38 route de Lyon.

Chemin vicinal ord.n°1 de St Cyr à Lyon -les Ormes- archives communales St Cyr

Ses vergers s’étendaient jusqu’à Nervieux à l’est et route de St Romain au Sud. L’allée des Cerisiers n’existait pas, mais elle porte bien son nom à la mémoire de ce glorieux personnage.
Son petit-fils Claudius, décédé en 1963, fut bien connu dans le quartier de Nervieux où il s’était installé dans une belle ferme qui existe toujours dans le haut de la rue de Nervieux. Malheureusement, les trois petits-fils de ce dernier,  Albert, André et Jeannot sont tous décédés, le dernier en 1998.

 

 

4 – Pierre Joannon (1828-1906), St Cyr, lieu de Mercuire, obtenteur de la « poire Ste Anne »

Description de la poire Ste Anne dans le livre « Le Verger français » à la page 85 – merci à http://pomologie.com/oc/vergerfcs/index.html

***Pierre JOANNON, horticulteur, obtenteur de la poire Ste Anne, St Cyr, lieu de Mercuire.1828-1906 Fiche de Pierre JOANNON
La poire Ste Anne fut obtenue vers 1874 et homologuée près de dix ans plus tard, par l’excellent horticulteur JOANNON dans ses vergers de Mercuire, près du domaine de la Baticolière, chez Milady Pitt-Rivers. Il l’appela ainsi à cause de sa maturié fin juillet (La Ste Anne se fête le 26 juillet). On pouvait en dire à l’époque :  « Chose curieuse, cette poire ne réussirait bien que dans le Mont d’Or, d’ailleurs sa culture n’aurait rien donné d’excellent… » (St Cyr et les Monts d’Or – Dr Gabourd- 1968 )
Description de la poire Ste Anne dans le livre « Le Verger français – tome 2 – 1947-48 » à la page 85,par pomologie.com :
Ste -Anne Origine. – Obtenue de semis par M. Joanon, pomologue et pépiniériste, à Saint-Cyr-auMont-d’Or (Rhône), vers 1847.
Fruit. – Petit ou à peine moyen, ovoïde, légèrement tronqué aux deux extrémités, régulier en son pourtour. Epiderme. – Jaune, souvent teinté de rose à la maturité Oeil. – Fermé, très développé, inséré dans une dépression légère peu large et peu profonde. Pédicelle. – Moyen, droit ou légèrement arqué, implanté dans une cavité légère, large et évasée. Chair.
– Blanche, assez fine, fondante, très juteuse et agréablement parfumée. Qualité. – Assez bonne ou bonne.Maturité. – Fin juillet à première quinzaine d’Août.

Mais on peut lire aussi cette description chez arbresfruitiers.canalblog.com :

La poire Sainte-Anne

  • secteur:bas-Livradois (Domaize, Glaine-Montaigut,Thiers, Agnat)
  • qualité générale:bonne mais vite blette, légèrement granuleuse
  • usage:à croquer (croquante 24 heures, très dure puis d’un seul coup blette)
  • maturité:début Août

Visite chez Mr Joannon :merci à Horti-Lyon

Témoignages : Georges Debombourg, cultivateur aux Charbottes, décédé en 2016, se souvient avoir cultivé la poire Ste Anne jusqu’en 1970. Cette poire,dit-il, était excellente et très productive. Malheureusement, elle était petite ( un peu comme la « Louise Bonne »), et dans les années 1970, la coopérative de Marcilly d’Azergues où il livrait ses fruits, devint pointilleuse face à l’exigence de la demande, et refusa cette poire à cause de sa petite taille… Georges arracha petit à petit tous ses arbres fruitiers, car il refusait de traiter ses arbres. Ses fruits étaient tachés et ses pommes « Canada » faisaient du « liège »… (Entretien avec Georges Debombourg du 22 Février 2015).
Francis Martinod, de la Jardinière avait une  »verchère » (verger) aux Gasses. Il y cultivait des arbres « de plein-vent » (non taillés) : -pommes » Cusset » -poires » Cuisses de Dame » ou « Cuisses-Madame » (bonnes à manger confites) – poires Ste Anne (précoces) – poires Louise-Bonne (Entretien avec Françis Martinod de Mai 2015)

5 – Mr Dubost, jardinier chez Mr Joseph Bellon
Mr Dubost fut jardinier chez Mr Joseph BELLON dans son domaine de la Chaux en 1879, voir : Fiche de Joseph,André BELLON
Le 9 Septembre 1879, une visite a été faite chez Mr Bellon, propriétaire à St Cyr, pour examiner les cultures que Mr Dubost pratique depuis 15 ans dans cette riche propriété. La commission a pénétré dans cette propriété par l’entrée du côté de la commune de St Cyr. Après avoir jeté un coup d’oeil sur cette vaste pelouse et les nombreux groupes d’arbres
et d’arbustes qui ornementent la propriété, Mr Bellon nous a conduits vers une machine à vapeur qui sert à distribuer l’eau dans toute la propriété…. Ce mur longe une terrasse d’où l’on jouit d’un panorama magnifique : à droite, le Mont-Cindre, à gauche, Fourvière… Nous traversons un petit pont d’où nous pouvons examiner le contour gracieux d’une petite rivière avec sa presqu’île, le tout bien réussi comme ensemble. Article (Rapport sur les cultures de M. Dubost.),
1879.- p. 34-35, extrait de Bulletin de la Société d’Horticulture pratique du Rhône Localisation du document : Bibliothèque de la Société d’Horticulture de Lyon et/ou bibliothèque du Jardin Botanique de Lyon Auteurs : Guichard, Emile – merci à Horti-Lyon

6 – Jacques Plantier (1792-1872), créateur de roses, 1er rosiériste lyonnais
Jacques Plantier  fut jardinier à St Cyr au Mont d’Or chez Louis-Alexandre Seguin, au hameau de Vacques de 1817 à 1830. Il fut un des premiers rosiéristes lyonnais. Voir :
fiche de Jacques PLANTIER
Né en 1792 à Ambilly, Haute-Savoie, il fit ses armes chez les d’ARLOZ, au château de Grammont, à Ceyzérieux, dans l’Ain.
En 1817, il vint travailler comme jardinier chez Louis-Alexandre SEGUIN, négociant à Lyon, qui possédait une maison à St Cyr au Mont d’Or, au hameau de Vacques, sur les pentes de la Saône. Mr Séguin permit à Jacques Plantier de cultiver des roses pour son propre compte. C’est là qu’il fit ses premières hybridations. En 1830 il quitte St Cyr pour la Guillotière, et vend son affaire en 1840 à François Lacharme qui sera un grand créateur de roses à son tour.
Jacques Plantier a crée entre autres roses :
– Gloire des Rosomanes – Jacques Plantier – 1825 –
– Ardoisée de Lyon – 1858
– Mme Plantier  – Jacques Plantier – 1835
Ces roses peuvent être admirées à la roseraie historique du Parc de la Tête d’Or.

Photos : merci à : ROSES ANCIENNES en FRANCE : http://www.rosesanciennesenfrance.org/
article : merci à verticille.com

7 – autres fruits lyonnais

Autres fruits obtenus dans le Lyonnais :

  • abricot « Poizat », originaire de Neuville sur Saône..
  • abricot Suchet ou Luizet obtenu vers 1850 par Mr Gabriel Luizet, jardinier-paysagiste à Ecully, voir : Fiche de Gabriel Luizet
  • abricot Paviot, obtenu par Mr Paviot vers 1882 à Marcilly d’Azergues. Merci à Pépin’hier
  • poire Mme Ballet : Origine. – Obtenue par une sélection naturelle, trouvée dans une haie, par M. Ballet, pépiniériste, près de Neuville sur Saône (Rhône), qui la mit au commerce en 1894.
  • poire Duchesse Bérard obtenue à Quincieux.
  • pomme Cusset, obtenue en 1863 par Mr Cusset, à Poleymieux, lieu-dit de la Combe-St-Paul.
  • ce qui concerne les pépinières, la plus impressionante en terme de qualité était sûrement celle de Louis-Frédéric Reverchon (1798-1887)Fiche de Louis,Frédéric REVERCHON  horticulteur amateur à Collonges au Mont d’Or, lieu du Port.
  • Un autre grand personnage est François Treyve (1818-1911), horticulteur-paysagiste   à Trévoux qui obtient entre autres vers 1862 la poire « Précoce de Trévoux ». Un parc porte son nom. Lire le très bon article sur Fs Treyve :  http://fr.calameo.com/read/001975290f4bd73b99e92

 

Sources :

  • Sylvain Milliand – Pépinières Minier – Angers
  • ROSES ANCIENNES en FRANCE : http://www.rosesanciennesenfrance.org/
  • Bibliographie :
  • St Cyr et les Monts d’Or, Dr Gabourd, 1968 réedité en 1977.

Bibliothèque numérique, merci à  :

  • Calaméo, François Treyve :  http://fr.calameo.com/books/001975290f4bd73b99e92
  • Horti-Lyon Le patrimoine horticole lyonnais : http://horti-lyon.in2p3.fr/format_liste.php –
    Programme de recherche « « Fleurs, fruits, légumes du bassin lyonnais, un patrimoine à connaître et à conserver »* – CNRS** 2003-2008 (programme financé par le Grand Lyon, DRAC Rhône-Alpes, Ville de Lyon, Département du Rhône).
    * Auteurs : Stéphane Crozat, Philippe Marchenay et Laurence Bérard.
    **Ressources des terroirs – Cultures, Usages, Sociétés – Antenne de l’Unité de recherche Eco-anthropologie et Ethnobiologie (CNRS – MNHN).
  • Lyon-roses : http://www.lyon-roses-2015.org/fr/roses-roses_lyonnaises_celebres.htm
  • mesarbustes.com : https://www.mesarbustes.fr/ (abricot Bergeron)
  • pépin’hier : http://www.pepin-hier.fr (bigarreau court-picou)
  • pomologie.com, Alain Rouèche : http://pomologie.com/oc/index.html (poire Ste Anne)
  • ROSES ANCIENNES en FRANCE : http://www.rosesanciennesenfrance.org/
  • Verticille : http://www.verticille.com/familles/famille-plantier/107-jacques-plantier-1792-1872 (Jacques Plantier)