Catégories
Un peu d'histoire

Une Indiennerie à St Cyr au Mont d’Or au 19ème siècle

Fabrique d’indiennes de St Cyr au Mont d’Or

Dans le bas de St Cyr, existait au 19ème siècle, aux confins des ruisseaux d’Arche et du Pomey, une manufacture d’impression d’indiennes ou toiles de Jouy* (toiles de coton imprimées).

Le dirigeant était Antoine-François MICHEL, né en 1775 à Orange (Vaucluse), fils de Louis MICHEL, graveur à la fabrique d’indiennes d’Orange des frères Wetter en 1775-1778 et graveur sur indiennes à Bourges en 1783. 

La manufacture fonctionnera approximativement de 1817 à 1844.

ADR – Plan cadastral St Cyr – section C – Indiennerie – 1824 – biens Mr Michel

Son emplacement exact  se situait d’une part sur la partie terminale du ruisseau du Pomey, quand il se jette dans l’Arche, limité par la route de St Fortunat à Lyon au Nord et par le chemin de Sauteriot.(chemin de Crécy actuel) à l’ouest. Cet emplacement était jadis en partie celui du moulin des Delles Kronn, situé en 1786-1806 dans la partie basse de la propriété Frérejean. Ce plan inférieur près du ruisseau était appelé la Liauda jusqu’au 19ème siècle ou les Prés d’Arche. (parcelles 1098 à 1102)Et d’autre part, de l’autre côté de la route de Lyon à St Fortunat, un grand bâtiment de 65 mètres de longueur RDC et deux étages, chacun percé de  57 fenêtres ,fut construit dans le domaine de la vieille maison de Louis PEY en 1925/1980, qui comportait déjà  maison de maître, jardin et dépendances, au 105 rte de St Fortunat. (parcelles 1103 à 1108 sur le plan).

Pourquoi le choix de ce lieu  à St Cyr au Mont d’Or?

Pour d’une part, tirer partie de la force motrice ( on parle d’une roue comme pour les moulins) de l’eau du ruisseau nécessaire pour faire tourner les machines, et d’autre part, pour utiliser l’eau pour les bains de teinture et les rinçages, et enfin, pour la configuration du lieu, très avantageuse, avec ces grands prés en 1109 et 1110 idéale pour étendre les «pièces» d’indiennes sur la prairie afin de les faire sécher.

Impression sur indiennes « le grand Corail » – merci à http://www.pierrefrey.com

*Indiennes ou toiles de Jouy : Toiles de coton imprimées de motifs divers (fleurs, oiseaux, personnages) dans des coloris chatoyants où dominent le bleu Indigo (de l’Indigotier) et le rose Garance (plante Garance, rubrum tinctorum), importées d’Inde au 16ème siècle par les navigateurs anglais, Hollandais et portugais.

En 1686, devant l’inquiétude des fabricants de soierie, concurrencés par ces cotonnades très en vogue, Louis XIV interdit l’importation et la fabrication des indiennes en France. Mais de nombreux négociants et artisans huguenots, persécutés pour leur religion protestante dès le début des années 1680, s’exilent en Suisse, principalement à Genève puis Neuchâtel et créent ainsi à Genève les trois premières usines d’indiennes, entre 1690 et 1710.

Ce sont des protestants suisses qui organisent les quatre principales implantations en France, illégalement en 1746 à Marseille, 1754 à Nantes et 1756 à Rouen.  L’interdiction fut levée en 1759, et c’est à cette époque qu’Oberkampf créa sa manufacture d’indiennes à Jouy-en-Josas. En 1783, Louis XVI octroit à l’entreprise d’Oberkampf de Jouy le titre de « Manufacture royale ». 

Chronologie des évènements concernant la famille MICHEL:

En 1787, François-Antoine MICHEL vit à Bourges où son père est indienneur . Au décès de celui-ci, en 1787,François a 12 ans et ses deux frères Benoît et Joseph ont 9 et 4 ans.La mère de François-Antoine ne s’est apparemment pas remariée. (http://www.encyclopedie-bourges.com/textile.htm)

On ne connaît rien de la période 1787-1803. C’est sans doute pendant cette période que François aurait pu être contremaître chez Oberkampf * à Jouy-en-Josas comme le dit le Dr Gabourd dans son livre..

Avant 1803, François-Antoine MICHEL est employé à la fabrique d’indiennes de Charles-Emmanuel PERREGAUX à Bourgoin-Jallieu.

En 1803, le 3 Février : Il achète la fabrique d’indiennes de la Ferrandière à Villeurbanne.

Francois MICHEL et Louis Barbezat, tous deux anciens ouvriers des Perregaux à Jallieu, prennent en bail la fabrique d’indiennes de la Ferrandière, déjà occupée par un certain Lachesnaye, moyennant 5240 f en écus de 6L. »Les locataires ne pourront loger d’ouvriers au château,ni y établir d’atelier;ils ne pourront faire aucun changement sans permission des bailleurs; ils s’engagent à laisser à leur sortie les gravures et ustensiles d’une valeur de 30.000 f ». (Acte notarié du 14 pluviose an 11 -ADR 3E 6904 A –Merci à Serge Chassagne, professeur émérite de l’Université Lyon II)

En 1809, le 10 Mai à Lyon (Mairie-Unique), a lieu le mariage de François-Antoine MICHEL avec Anne-Claude FIGUREY, demeurant avec son père à Lyon, cours Napoléon*.. fiche de François,Antoine MICHEL

  • le cours Napoléon (2e) deviendra plus tard cours d’Angoulême en 1815 puis quai de la Charité en 1830, correspond à l’actuel quai Gailleton (depuis 1907). Source : www.guichetdusavoir

En 1810, le 19 Août, Antoine-Francois Michel, fabt d’indiennes aux Brotteaux, vend à son frère Benoit, aussi fabt d’indiennes, le fonds de fabrique lui appartenant, maison Garin, moyennant 4050f ;suit la description du matériel (dont 25 tables avec baquets et maillets;750 f; vieilles gravures 300F et nouvelles gravures 588f;livres de dessin 400f). ((ADR 3E 11029) Serge Chassagne professeur émérite de l’université Lyon II))

En 1817, le 2 Novembre, vente par JP Brunet, propriétaire à St Cyr au Mt d’Or à Antoine-Francois Michel, fabricant d’indiennes, et à son épse Claudine Figurey, d’un domaine à St Cyr de 25.500 m2, moyennant la somme de  35.000f, payable le 21/6/1836 à 5% .

ADR – 3 E 13055 –

(ADR. 3E 13055) Merci à Serge Chassagne, professeur émérite de l’université Lyon II.

Le domaine tel que Michel l’a acheté en 1817 est constitué de : 

Un grand corps de bâtiment pour le maître, et un autre bâtiment pour le granger, écurie, fenil, caves et hangar, dans lesquels sont 3 cuves, un pressoir, deux foudres et deux bareilles. (parcelle 1108)

Un tènement de fonds en terre et vignes étant au-dessus de la maison… (parcelles 1106 et 1107)

le pigeonnier à côté de la maison et le jardin au-devant, ainsi que les prés, terres et verchères joignant ledit jardin et faisant partie du clos .Tous les fonds ci-dessus de la contenance de 255 ares (2,5 ha ou 25500 m2) 41ca.(19 bicherées 3/4 ancienne mesure). (parcelle 1103)

4° Et enfin un pré au-devant de la maison et qui en est séparé par le chemin de Lyon à St Cyr et St Didier et confiné de Nord par ledit chemin, d’orient par le pré vendu par le comparant au Sr Fuchez, de midi par le ruisseau d’Arches et de couchant par le chemin dit Sauteriau, de la contenue de un hectare environ (7 bicherées ¾). (parcelles 1098 à 1102)

En 1821, le 5 Avril, à St Cyr au Mont d’Or, naît au sein du couple de François Antoine MICHEL et Annette Figurey, une fille, Claudine Rosalie, 3ème enfant du couple. Elle épousera en 1836 à St Cyr, son cousin germain, Isaac MICHEL, fils de Benoît, le frère de François Antoine. Isaac Michel travaille dans la fabrique d’indiennes de son oncle.

En 1821, le sieur Michel loue pour 15 ans à la dame Gauthier le moulin d’Arches de Gérinieux à St Cyr ainsi que la maison du meunier. En 1835, on retrouve l’inventaire des meubles en son nom. C’est à cette date qu’il a dû résilier son contrat. (Dr Gabourd)

En 1824, le sieur Michel fait partie des trente personnes les plus imposées de St Cyr, il est le sixième sur la liste des trente. (Archives communales de St Cyr )

En 1827, création d’une société de bienfaisance pour les 35 ouvriers de la fabrique d’indiennes de

Société de bienfaisance des Indienneurs de St Cyr au Mont d’Or – 1827 – Archives communales de St Cyr

Mr Michel à St Cyr au Mont d’Or. Le 13 mai, des élections ont lieu afin de créer un conseil.

En 1829, le 20 Février à St Cyr au Mont d’Or, François-Antoine MICHEL, fabricant d’indiennes, déclare le décès de sa mère, Rose PHILIP, âgée de 80 ans, veuve de Sieur Louis MICHEL et native d’Orange. (Vaucluse). (AD du Rhône – St Cyr au Mont d’Or – D – 1829 – page 03/13)

En 1833, J.Baptiste PAIN donne à louer dans sa maison de Chatanay à St Cyr un appartement à Charles Ancenay, employé chez Mr Michel, lui interdisant de mettre dans son appartement des machines bruyantes à marteau ou autres. Le prix de location est de 400 frs par an. (Dr Gabourd)

ADR – 3E 24050 – Me Rambaud – 1837 – extrait

 

En 1837, le 5 Avril, : Antoine-Francois emprunte par obligation 30.000F au négociant  lyonnais Joseph-Antoine Pont, remboursables dans 6 mois, avec hypothèque sur le domaine de St Cyr, (A.D.R. 3E 24050) Merci à Serge Chassagne, professeur émérite à l’université Lyon II.

Description du domaine hypothéqué en 1837 :

Bâtiment ayant RDC et deux étages , la façade est percée à chaque étage de 7 fenêtres ou ouvertures. (parcelle 1108)

2° Tênement en fonds de terre et vignes 3° D’un autre tênement en pré, terres et verchères de la contenance de 255 ares

. D’un pré au-devant de la maison dont il est séparé par un chemin public, de la contenance d’environ 1 ha.. (parcelles 1097 à 1102)

Description des 5 bâtiments d’exploitation de la manufacture que Michel a fait construire :

– Dans le domaine où est la maison de maître :

Bâtiment d’impression similaire -Manufacture Oberkampf de Jouy-en-Josas – JB Huet – 1807 – merci à www.sajou.fr

1er, un bâtiment renfermant le comptoir, le magasin de drogues, l’atelier des gravures(2) et celui des metteurs sur bois (1), les divers ateliers d’imprimerie ; le bâtiment a un RDC, deux étages, soixante cinq mètres (65) de longueur, sa façade est percée à chaque étage de cinquante trois fenêtres (53) de face.(parcelle 1108)

Celui renfermant les écuries, fenil, la loge du portier, une fontaine. (parcelle 1103)

Les bâtiments 3-4-5 sont construits dans le pré porté plus haut sous le n°4. (parcelles 1097 à 1102)

Bt-séchoir et étendage dans « les travaux de la manufacture » – 1784 – J.Bte Huet – merci à http://www.culture.gouv.fr/fr/arcnat/saint-denis/fr/index.html

celui renfermant les étendages, le cylindre et la roue

un autre petit bâtiment renfermant la chambre chaude (3).

un autre bâtiment formant hangar pour le lavage et renfermant en outre les cuves pour le garançage (5) et une chaudière à vapeur.

Dans la présente affectation, se trouvent compris tous les agrés, ustensiles, effets mobiliers attachés à l’exploitation :

– Une pompe à vapeur de la force de 10 ch.,- Une machine à imprimer à rouleaux à 3 couleurs, avec tous les rouleaux en cuivre qui en dépendent., cylindre, chaudières pour les teintures, machines à graver…

(ADR. 3 E24050)

En 1840, Mr MICHEL est propriétaire des parcelles 1098 à 1113 à l’Indiennerie ainsi que de deux parcelles à Gérinieux, au bord du ruisseau, avant le moulin Galatin. Voir les mutations le concernant : 

Matrices cadastrales 1840 – Mutations Mr MICHEL – ADR
Recensement St Cyr au Mont d’Or – l’Indiennerie – 1841 – ADR

En 1841, Recensement à St Cyr des 128 ouvriers de François Antoine MICHEL. Lul est veuf. Son métier : manufacture d’indiennes. Sont recensés avec lui, son fils, un commis, un domestique, un voiturier et 128 ouvriers dont 68 hommes et 60 femmes. Sources : AD du Rhône, St Cyr, recensement 1841, page 16/34.

En 1842, le 5 Juillet, François-Antoine se marie en secondes noces à Lyon avec Marie-Françoise GRÉA

En 1844, le 28 Mars, à St Didier au Mont d’Or, l’autre neveu de François Antoine MICHEL, Gaston MICHEL, déclare un enfant qu’il a eu avec Marie MACLET, habitante de St Didier, la Haute-Archinière. Il est coloriste à la fabrique d’indiennes de son oncle.

Cette fabrique perdurera donc jusqu’en 1844 au moins, puis sera transformée en fabrique de papiers peints, d’après la tradition.

En 1846, on ne trouve plus trace des indienneurs au recensement de St Cyr; néanmoins, en Octobre en 1853, le trésorier de la société de secours mutuel des Indienneurs, Jérôme Vondière, dispose en liquide de la somme de 1006 frs qu’il doit placer en partie à la Caisse d’Epargne. (Courrier de la Préfecture à Mr le Maire de St Cyr). 

En 1849, le 26 novembre, la commune édite un état de proposition de subvention à imposer aux sieurs Guerre et Fougeron, entrepreneurs de la démolition de l’ancienne manufacture dite : l’Indiennerie en raison de la détérioration temporaire qu’ils produisent actuellement au chemin de Gde communication précité (ch.n°21 de Lyon à St Cyr et St Fortunat), par l’exportation des matériaux.

En 1895, le maçon André Dutreix démolit le grand bâtiment et transporte les pierres pour reconstruire un autre bâtiment dans le hameau des Gasses qui deviendra la ferme-laiterie Dutreix-Budin, chambres, repas, lait à toute heure…

Quelques employés de Mr Michel recensés à St Cyr au Mont d’Or en 1827-1829 : Claude François Joseph FIGUREY, coloriste, 23 ans. Antoine FIGUREY, coloriste,Jacques Louis PERRET, teneur de terre, Pierre André BLANC, natif de Beaufort en Savoie, Nicolas STADLER, imprimeur, originaire du Haut-Rhin, Charles ANCENAY, imprimeu, Jacques CARNOUX, imprimeur, natif de Bayonne. Jean RENOBERT, natif de Genève, Michel MICHEL, imprimeur en 1836, Martin Weber, imprimeur, originaire du Haut-Rhin. etc…Ceci nous montre la diversité des lieux d’origines des Indienneurs, recherchés pour leur savoir-faire. 

Notes :

Impression à la planche au musée du Papier peint de Rixheim – merci à www.jds.fr

Impression à la planche de bois gravée en relief.

Cette technique, la plus ancienne, originaire de l’Inde et pratiquée en France depuis le XVIIe siècle, consiste à imprimer des tissus grâce à un bloc de bois gravé après l’avoir enduit de teinture.

Pour un seul dessin, il y a autant de blocs gravés que de couleurs contenues dans le dessin original, que l’on souhaite transférer sur le tissu. En premier lieu, le dessinateur réalise une maquette gouachée à taille réelle.

(1) Metteur sur bois :  le metteur sur bois reporte le dessin sur la planche avec un gratté, qui est un papier transparent, huilé. Il doit alors peindre en vermillon les parties que le graveur doit laisser en relief.

Tampons de bois – Idne – merci à http://www.facilececile.com

(2) Graveur Ensuite, pour chaque couleur que compte le motif, le graveur réalise à l’aide d’une gouge ou d’un burin une planche dans une essence dure (bois fruitier en général) souvent complétée par l’insertion de picots (clous) et de lamelles de cuivre courbes ou rectilignes. Ce procédé dit de picotage permet de restituer la finesse des points et des traits du modèle original. Une fois terminé, le bloc présente la sculpture sur un relief plat et laisse ressortir le motif dessiné plus tôt.

(3) chambre chaude : pièce chauffée à 80/100° par un foyer, à combustion utilisée pour sécher les tissus imprimés.

Impression à la planche de bois et maillet – merci à http://www.atelierdesoierie.com

(4) impression : Pour imprimer le motif sur la soie, nous imprégnons la planche de couleur en appuyant sa face gravée sur un tampon feutre imbibé de teinture. Puis nous la posons délicatement sur la pièce de soie tendue en commençant par les picots qui saillent à l’angle et délimitent les rapports du dessin. Une fois le bloc posé sur le tissu, nous prenons un lourd maillet et avec le manche frappons deux ou trois coups le dos de la planche en son centre.

Les travaux de la Manufacture – JB Huet – 1784 – teinture à la Garance – merci à http://www.museedelatoiledejouy.fr

(5) Garançage : Application de la garance, pour teindre les tissus en coloris rouge vif.La garance, ou garance des teinturiers, est une plante de la famille des Rubiacées dont les racines sont utilisées pour leur capacité à teindre les textiles en rouge vif.

Garance est, par extension, la teinture et la couleur tirées de cette plante. C’était notamment le qualificatif des pantalons d’uniforme de l’infanterie française au début de la Première Guerre mondiale, qui exposait les militaires aux tirs des soldats allemands, équipés de tenues de couleur neutre (feldgrau).

(6) Mordançage : Il est plus difficile d’obtenir des teintes vives et saturées avec les fibres végétales. Elles se mordancent avec de l’acétate d’alun, des tanins, de l’alun ; ce traitement aide à rendre la couleur solide.  .

http://www.atelierdesoierie.com/histoire-soierie/historique-de-limpression-a-la-planche/

Sources :

L’Atelier de Soierie – 33 rue Romarin – 69001 LYON 

St Cyr et les Mont d’Or – Dr Gabourd – 1968

AD du Rhône – 3E 13055 et 3E 24050 

Musée de la toile de Jouy : Les amis http://www.museedelatoiledejouy.fr/fr/accueil/

Association des amis du musée de la Toile de Jouy : http://amisdelatoiledejouy.fr/

Merci à Françoise Mazzoni, une arrière.ar.petite nièce de François Michel, qui m’a permis d’avancer dans mes recherches, en prenant contact avec Serge Chassagne, professeur émérite et auteur de plusieurs ouvrages sur les impressions d’indiennes .

Merci à Serge Chassagne, professeur émérite de l’Université LYON II – Histoire des sociétés d’impression sur étoffes de Bourgoin-Jallieu, Mémoire de maîtrise d’histoire, tome I, 1996.

La Fabrique des Prolétaires – Les ouvriers de la Manufacture d’Oberkampf à Jouy-en-Josas – 1760-1815 – Alain Dewere et Yves Gaulupeau – 1990 – Presses de l’Ecole normale supérieure – 

Agnès Milliand :  http://gw.geneanet.org/amilliand

Catégories
Un peu d'histoire

Horticulteurs et rosiéristes de St Cyr au Mont d’Or

Fruits et fleurs obtenus à St Cyr au Mont d’Or.

St Cyr et ses vergers aux 19ème et 20ème siècles :

Le village de St Cyr au Mont d’Or orienté vers le sud, est adossé au Mont-Cindre et descend   doucement jusque vers Collonges et St Rambert , en se rapprochant de la plaine de la Saône à l’est et de Vaise au sud.

Les hauts de St Cyr vers le Mont-Cindre, sur un sol calcaréo-marneux, étaient couverts de vignes jusque vers 1914 :     Lire le très bon article de MC Pralus sur l’histoire de la vigne à St Cyr : http://www.stcyraumontdor.fr/Histoire-de-la-vigne

Hélas, la vigne a disparu de notre village à l’heure actuelle…à la place, des villas ont fleuri sur les pentes du Mont-Cindre.

En descendant vers la Saône, on trouve un sol sur substrat de colluvions, loess et limons propice à la culture. Les hameaux de Nervieux, les Ormes, Mercuire, Serpoly, les Charbottes, la Chaux et Vacques* (anciennement Vaco) situés dans cette zone, formaient un grand verger jusqu’à Collonges. Les sources y étaient nombreuses et permettaient une bonne irrigation.
•Vacques fut détaché de St Cyr et englobé dans St Rambert en 1836.

Le quartier de la Chaux fut toujours renommé pour ses cultures : Voici ce qu’on pouvait en dire au début du 20ème siècle :

 » La terre y est excellente et le sol presque plat est plus facile à travailler que dans le reste de St Cyr. Autrefois, la culture des fleurs médico-pharmaceutiques y fut très en faveur.
Depuis plus de cent ans, ce sont les arbres fruitiers qui occupent presque tout le terrain.

…L’importance du hameau de la Chaux s’explique enfin par la présence dans son sol, à peu de profondeur, d’une eau abondante et excellente, malgré sa forte densité calcaire… »        « St Cyr est maintenant un grand verger. La qualité de ses fruits y est renommée. Seule, la poussée constructive actuelle peut, en réduisant les terrains de culture, amener une disparition des vergers.  »
(St Cyr et les Monts d’Or – Dr Gabourd – 1968 p.174).

Quelques horticulteurs nous font encore profiter des beaux fruits qu’ils ont obtenus à St Cyr :

1 – * Pierre BERGERON, (1875-1952) horticulteur à St Cyr, hameau de la Chaux, obtenteur de l’abricot « Bergeron ». Voir la généalogie de Pierre Bergeron :  Fiche de Pierre BERGERON

Abricotier Bergeron – merci à mesArbustes.com.

C’est à la Chaux que Pierre Bergeron obtint officiellement en 1920 l’abricot qui porte son nom.  Appelée plus rarement « Gabrielle Bergeron » du nom de sa fille, née en 1903, cette variété, issue d’un semis de hasard obtenu par Gabriel Bergeron, le grand-père, est très répandue maintenant à cause de sa floraison tardive, qui la rend moins sensible aux gelées printanières et aussi pour sa belle coloration jaune et rouge.

Gabriel Bergeron (1851-1942), le grand-père, est né à Limonest, hameau de la Bruyère et s’est marié en 1873 avec Cécile Guillot qui habitait au hameau de la Chaux à St Cyr.

Pierre avait donc des cousins à Limonest,  d’ailleurs, à l’heure actuelle, la ferme Bergeron est toujours visible à la Bruyère (cernée par la ZAC de Limonest) . On peut y renconter Maryse et Marinette les cousines, installées dans leur maison derrière la ferme paternelle.Elles se souviennent de leurs visites chez les cousins de St Cyr/la Chaux où elles se rendaient à pied.

Après la mort de son père en 1952, Gabrielle Bergeron, divorcée et ayant perdu son fils unique en 1940, vécut quelques années avec sa mère au N°15 de la rue de la Chaux, jusqu’à la mort de celle-ci en 1970.  Gabrielle cultiva ensuite du muguet  de l’autre côté de la rue de la Chaux. Elle décéda en Février 1988, fut inhumée au cimetière de St Cyr, et faute d’héritiers, fit un don à l’association « Notre Dame de Sion » à charge pour elle d’entretenir sa sépulture.

Cimetière de St Cyr – famille Bergeron

Source : merci à Mr Claudius Thibaud de St Cyr.

2 – Jacques Dumont  (1831-1899)  St Cyr, hameau de la Chaux, obtenteur de la pêche « Belle de St Cyr »  :
C’est aussi à la Chaux, dans le clos Falsan, chez Albert Falsan, géologue du Mont d’Or, très connu pour sa monographie géologique du Mont d’Or éditée en 1866  fiche d’Albert FALSAN  que Jacques DUMONT** , grand-père de Pierre DUMONT qui fut maire de St Cyr de 1944 à 1959 , obtint vers 1880 la pêche qu’il appela » Belle de St-Cyr » et qui mûrit au mois d’Août. Chose curieuse, « jamais les pêches issues par greffons de ce premier pêcher ne donnèrent des fruits aussi bons et aussi beaux que lui… » (St Cyr et les Monts d’Or – Dr Gabourd – 1968)

**Jacques DUMONT, jardinier au clos Falsan, créateur de la pêche « Belle de St Cyr », St Cyr au Mont d’Or, la Chaux vers 1896.   Fiche de Jacques DUMONT

Georges Debombourg, cultivateur né à St Cyr en 1929, décédé en 2016, qui habitait au hameau des Charbottes se souvient que la pêche « Belle de St Cyr » était encore cultivée par Lambert Défarges, horticulteur du hameau des Orme.

Lambert Défarges – Photo : merci à Horti-Lyon

3 – Lambert Défarges (1816-1900), St Cyr, lieu des Ormes, obtenteur de l’abricot « Défarges » en 1867.
Lambert Défarges obtint, quant à lui, en 1867,dans ses vergers des Ormes, le fameux abricot Défarges qui lui valu de nombreux prix de la société de Pomologie.

Lambert DÉFARGES, horticulteur, obtenteur de l’abricot Défarges, St Cyr, les Ormes . 1816-1900.  Fiche de Lambert DÉFARGES
– Fondateur de la société d’horticulture pratique du Rhône (1843), fondateur de la Société de Pomologie, – Membre du Comice agricole de Lyon, duquel il a obtenu nombre de médailles . – Chevalier du Mérite agricole au concours régional de Lyon en Septembre 1897.

En 1867, Description de  »l’abricot « Défarges » : merci à Horti-Lyon

Rouge du Roussillon – illustration pr abricot Défarges – merci à mesarbustes.com.

« …Peau très fine, soyeuse, presque glabre sur la partie la plus éclairée, passant du vert pâle au jaune d’or, ensuite au rouge orange pour se laver abondamment de rouge purpurin violacé du côté du soleil; cette belle teinte, rare sur les abricots se tache parfois de pourpre foncé. Chair fine, ferme, succulente, jaune orange, pourvue d’une eau suffisante, sucrée, parfumée, relevée d’un léger goût musqué fort agréable. Maturité : Ce bien joli et bon fruit, encore peu répandu, mais qui bientôt abondera sur les marchés, où il sera recherché pour ses qualités, son beau volume et sa belle couleur, murit du milieu de Juin au commencement de Juillet;… »
Source : Article (Abricot Desfarges.), 1867, vol. Tome 6, extrait de Pomologie de la France, ou histoire et description de tous les fruits cultivés en France et admis par le congrès pomologique institué par la Société d’Horticulture pratique du Rhône. Bibliothèque de la Société d’Horticulture de Lyon  Merci à Horti-Lyon

1898 : Paternité de l’abricot Défarges : Petit-fils d’un arboriculteur, il avait déjà, à 12 ans, un tel goût pour l’arboriculture, que son grand-père se faisait une joie de l’initier aux pratiques de sa profession. (…) Il a vu nombre de ses gains, en arbres verts principalement, appréciés et récompensés dans les expositions, mais, surtout, il a eu le bonheur, je dirais volontiers la gloire, de créer une nouvelle variété d’abricot, savoureuse, exquise entre toutes, ‘l’Abricot Défarges » ‘et c’est là qu’il faut chercher, je pense, le secret de cette belle et sereine vieillesse….

Source : Article (M. Lambert Desfarges.), 1898.- p. 433-434, extrait de Lyon Horticole Bibliothèque de la Société d’Horticulture de Lyon et/ou bibliothèque du Jardin Botanique de Lyon Auteurs : David Sources : Lyon Horticole Merci à Horti-Lyon

1898 : Lambert Défarges présente à la société de pomologie de Lyon, le bigarreau court « picou » ou « courte-queue » qu’ils ne connaissaient pas…

Bigarreau Courte-queue – merci à Pépin’hier : http://www.pepin-hier.fr

(Article (Bigarreau court « picou »), 1898.- p. 348, extrait de Lyon Horticole Bibliothèque de la Société d’Horticulture de Lyon et/ou bibliothèque du Jardin Botanique de Lyon Auteurs : Morel, F.) Merci à Horti-Lyon.

Lambert Défarges avait une ferme aux Ormes, dont la grande bâtisse existe toujours au 38 route de Lyon.

Chemin vicinal ord.n°1 de St Cyr à Lyon -les Ormes- archives communales St Cyr

Ses vergers s’étendaient jusqu’à Nervieux à l’est et route de St Romain au Sud. L’allée des Cerisiers n’existait pas, mais elle porte bien son nom à la mémoire de ce glorieux personnage.
Son petit-fils Claudius, décédé en 1963, fut bien connu dans le quartier de Nervieux où il s’était installé dans une belle ferme qui existe toujours dans le haut de la rue de Nervieux. Malheureusement, les trois petits-fils de ce dernier,  Albert, André et Jeannot sont tous décédés, le dernier en 1998.

4 – Pierre Joannon (1828-1906), St Cyr, lieu de Mercuire, obtenteur de la « poire Ste Anne »

Description de la poire Ste Anne dans le livre « Le Verger français » à la page 85 – merci à http://pomologie.com/oc/vergerfcs/index.html

***Pierre JOANNON, horticulteur, obtenteur de la poire Ste Anne, St Cyr, lieu de Mercuire.1828-1906 Fiche de Pierre JOANNON
La poire Ste Anne fut obtenue vers 1874 et homologuée près de dix ans plus tard, par l’excellent horticulteur JOANNON dans ses vergers de Mercuire, dans le domaine de la Baticolière, chez Milady Pitt-Rivers, où il était granger. Il l’appela ainsi à cause de sa maturité fin juillet (La Ste Anne se fête le 26 juillet). On pouvait en dire à l’époque :  « Chose curieuse, cette poire ne réussirait bien que dans le Mont d’Or, d’ailleurs sa culture n’aurait rien donné d’excellent… » (St Cyr et les Monts d’Or – Dr Gabourd- 1968 )
Description de la poire Ste Anne dans le livre « Le Verger français – tome 2 – 1947-48 » à la page 85,par pomologie.com :
Ste -Anne Origine. – Obtenue de semis par M. Joanon, pomologue et pépiniériste, à Saint-Cyr-auMont-d’Or (Rhône), vers 1847.
Fruit. – Petit ou à peine moyen, ovoïde, légèrement tronqué aux deux extrémités, régulier en son pourtour. Epiderme. – Jaune, souvent teinté de rose à la maturité Oeil. – Fermé, très développé, inséré dans une dépression légère peu large et peu profonde. Pédicelle. – Moyen, droit ou légèrement arqué, implanté dans une cavité légère, large et évasée. Chair.
– Blanche, assez fine, fondante, très juteuse et agréablement parfumée. Qualité. – Assez bonne ou bonne.Maturité. – Fin juillet à première quinzaine d’Août.

Mais on peut lire aussi cette description chez arbresfruitiers.canalblog.com :

La poire Sainte-Anne

  • secteur:bas-Livradois (Domaize, Glaine-Montaigut,Thiers, Agnat)
  • qualité générale:bonne mais vite blette, légèrement granuleuse
  • usage:à croquer (croquante 24 heures, très dure puis d’un seul coup blette)
  • maturité:début Août

Visite chez Mr Joannon :merci à Horti-Lyon

Témoignages : Georges Debombourg, cultivateur aux Charbottes, décédé en 2016, se souvient avoir cultivé la poire Ste Anne jusqu’en 1970. Cette poire,dit-il, était excellente et très productive. Malheureusement, elle était petite ( un peu comme la « Louise Bonne »), et dans les années 1970, la coopérative de Marcilly d’Azergues où il livrait ses fruits, devint pointilleuse face à l’exigence de la demande, et refusa cette poire à cause de sa petite taille… Georges arracha petit à petit tous ses arbres fruitiers, car il refusait de traiter ses arbres. Ses fruits étaient tachés et ses pommes « Canada » faisaient du « liège »… (Entretien avec Georges Debombourg du 22 Février 2015).
Francis Martinod, de la Jardinière avait une  »verchère » (verger) aux Gasses. Il y cultivait des arbres « de plein-vent » (non taillés) : -pommes » Cusset » -poires » Cuisses de Dame » ou « Cuisses-Madame » (bonnes à manger confites) – poires Ste Anne (précoces) – poires Louise-Bonne (Entretien avec Françis Martinod de Mai 2015)

5 – Mr Dubost, jardinier chez Mr Joseph Bellon
Mr Dubost fut jardinier chez Mr Joseph BELLON dans son domaine de la Chaux en 1879, voir : Fiche de Joseph,André BELLON
Le 9 Septembre 1879, une visite a été faite chez Mr Bellon, propriétaire à St Cyr, pour examiner les cultures que Mr Dubost pratique depuis 15 ans dans cette riche propriété. La commission a pénétré dans cette propriété par l’entrée du côté de la commune de St Cyr. Après avoir jeté un coup d’oeil sur cette vaste pelouse et les nombreux groupes d’arbres
et d’arbustes qui ornementent la propriété, Mr Bellon nous a conduits vers une machine à vapeur qui sert à distribuer l’eau dans toute la propriété…. Ce mur longe une terrasse d’où l’on jouit d’un panorama magnifique : à droite, le Mont-Cindre, à gauche, Fourvière… Nous traversons un petit pont d’où nous pouvons examiner le contour gracieux d’une petite rivière avec sa presqu’île, le tout bien réussi comme ensemble. Article (Rapport sur les cultures de M. Dubost.),
1879.- p. 34-35, extrait de Bulletin de la Société d’Horticulture pratique du Rhône Localisation du document : Bibliothèque de la Société d’Horticulture de Lyon et/ou bibliothèque du Jardin Botanique de Lyon Auteurs : Guichard, Emile – merci à Horti-Lyon

6 – Jacques Plantier (1792-1872), créateur de roses, 1er rosiériste lyonnais
Jacques Plantier  fut jardinier à St Cyr au Mont d’Or chez Louis-Alexandre Seguin, au hameau de Vacques de 1817 à 1830. Il fut un des premiers rosiéristes lyonnais. Voir :
fiche de Jacques PLANTIER
Né en 1792 à Ambilly, Haute-Savoie, il fit ses armes chez les d’ARLOZ, au château de Grammont, à Ceyzérieux, dans l’Ain.
En 1817, il vint travailler comme jardinier chez Louis-Alexandre SEGUIN, négociant à Lyon, qui possédait une maison à St Cyr au Mont d’Or, au hameau de Vacques, sur les pentes de la Saône. Mr Séguin permit à Jacques Plantier de cultiver des roses pour son propre compte. C’est là qu’il fit ses premières hybridations. En 1830 il quitte St Cyr pour la Guillotière, où il s’installe au 56 rue de la Croix. Il vend son affaire en 1840 à François Lacharme qui sera un grand créateur de roses à son tour, quai de la Vitriolerie (actuel quai Cl.Bernard).
Jacques Plantier a obtenu entre autres roses :
– Gloire des Rosomanes – Jacques Plantier – 1825 –
– Ardoisée de Lyon – 1858
– Mme Plantier  – Jacques Plantier – 1835
Ces roses peuvent être admirées à la roseraie historique du Parc de la Tête d’Or.

Le fils de Jacques Plantier, Claude-Henri, deviendra en 1855 Evêque de Nîmes.

Voir : fiche de Claude,Henri,Augustin PLANTIER

Photos : merci à : ROSES ANCIENNES en FRANCE : http://www.rosesanciennesenfrance.org/
sources :  Vie de sa grandeur Monseigneur Plantier, évêque de Nîmes (tome 1) Auteur : Clastron, J. (Abbé) Edité en 1882

7 – autres fruits lyonnais

Autres fruits obtenus dans le Lyonnais :

  • abricot « Poizat », originaire de Neuville sur Saône..
  • abricot Suchet ou Luizet obtenu vers 1850 par Mr Gabriel Luizet, jardinier-paysagiste à Ecully, voir : Fiche de Gabriel Luizet
  • abricot Paviot, obtenu par Mr Paviot vers 1882 à Marcilly d’Azergues. Merci à Pépin’hier
  • poire Mme Ballet : Origine. – Obtenue par une sélection naturelle, trouvée dans une haie, par M. Ballet, pépiniériste, près de Neuville sur Saône (Rhône), qui la mit au commerce en 1894.
  • poire Duchesse Bérard obtenue à Quincieux.
  • pomme Cusset, obtenue en 1863 par Mr Cusset, à Poleymieux, lieu-dit de la Combe-St-Paul.
  • ce qui concerne les pépinières, la plus impressionante en terme de qualité était sûrement celle de Louis-Frédéric Reverchon (1798-1887)Fiche de Louis,Frédéric REVERCHON  horticulteur amateur à Collonges au Mont d’Or, lieu du Port.
  • Un autre grand personnage est François Treyve (1818-1911), horticulteur-paysagiste   à Trévoux qui obtient entre autres vers 1862 la poire « Précoce de Trévoux ». Un parc porte son nom. Lire le très bon article sur Fs Treyve :  http://fr.calameo.com/read/001975290f4bd73b99e92

Sources :

  • Sylvain Milliand – Pépinières Minier – Angers
  • ROSES ANCIENNES en FRANCE : http://www.rosesanciennesenfrance.org/
  • Bibliographie :
  • St Cyr et les Monts d’Or, Dr Gabourd, 1968 réedité en 1977.

Bibliothèque numérique, merci à  :

  • Calaméo, François Treyve :  http://fr.calameo.com/books/001975290f4bd73b99e92
  • Horti-Lyon Le patrimoine horticole lyonnais : http://horti-lyon.in2p3.fr/format_liste.php –
    Programme de recherche « « Fleurs, fruits, légumes du bassin lyonnais, un patrimoine à connaître et à conserver »* – CNRS** 2003-2008 (programme financé par le Grand Lyon, DRAC Rhône-Alpes, Ville de Lyon, Département du Rhône).
    * Auteurs : Stéphane Crozat, Philippe Marchenay et Laurence Bérard.
    **Ressources des terroirs – Cultures, Usages, Sociétés – Antenne de l’Unité de recherche Eco-anthropologie et Ethnobiologie (CNRS – MNHN).
  • Lyon-roses : http://www.lyon-roses-2015.org/fr/roses-roses_lyonnaises_celebres.htm
  • mesarbustes.com : https://www.mesarbustes.fr/ (abricot Bergeron)
  • pépin’hier : http://www.pepin-hier.fr (bigarreau court-picou)
  • pomologie.com, Alain Rouèche : http://pomologie.com/oc/index.html (poire Ste Anne)
  • ROSES ANCIENNES en FRANCE : http://www.rosesanciennesenfrance.org/
  • Verticille : http://www.verticille.com/familles/famille-plantier/107-jacques-plantier-1792-1872 (Jacques Plantier)
Catégories
Un peu d'histoire

Le hameau du Pinet à St Didier au Mont d’Or, raconté par Antoine Vincent

Le hameau du Pinet s’étale à mi-coteau sur la pente Ouest de St Didier. Depuis 1764, sa configuration est restée à peu près la même.

Au fond du vallon, coule le ruisseau du Pinet qui alimente le lavoir dans la partie basse du hameau.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Vallon du Pinet au soleil couchant

 

Antoine Vincent, cultivateur né en 1931, est le dernier du nom de la branche Vincent du Pinet de St Didier. Sa ferme est nichée dans le creux du vallon et orientée au sud. On y trouvait de belles charpentes, des tonneaux, un four à pain et un puits. Un linteau de porte est gravé 17??, probablement par J.Baptiste Imbert, l’ancêtre d’Antoine qui habitait cette maison en 1760. Antoine Vincent exploita la ferme seul avec son frère Pierre, Antoine s’occupant des 12 vaches laitières et des repas tandis que son frère s’occupait des arbres fruitiers et des courses.  Le soir, ils s’endormaient de fatigue sur la table du dîner, ils n’avaient pas la télé… Pas besoin de se dire bonsoir, un signe de tête suffisait pour faire comprendre à l’autre qu’il fallait recharger la cuisinière à bois pour la nuit et aller se coucher.

Ferme d’Antoine Vincent au Pinet-bas

Son grand-père, Pierre-Antoine dit « Tani » (1856-1929) était cultivateur-vigneron au hameau du Pinet d’en haut, dans la vieille maison de Jean-Louis Imbert, qui a laissé sa signature sur le linteau du portail.

Maison de Jean-Louis Imbert - Linteau de portail
Maison de Jean-Louis Imbert – Linteau de portail 1803

Antoine est né en 1931 dans cette ferme du Pinet-haut . Son père, Charles Vincent (1891-1985) y vivait avec son frère Jean-Antoine et sa famille. Comme il n’y avait pas assez de place pour deux familles, le père d’Antoine décida, en 1932, de s’installer dans la ferme d’en-bas qui était en fermage depuis longtemps. L’oncle d’Antoine Vincent, lui, resta dans la ferme familiale d’en-haut et l’une de ses deux filles transmit la ferme à ses enfants, les propriétaires actuels.

Cadasre du hameau du Pinet en 1825 - marques
Plan cadastral des AD de 1825 – Le Pinet

 

C’est le grand-père « Tani », qui vers 1900, a reconstruit le mur qui entoure la Croix du Pinet*, dont le socle portant l’ostensoir et qui servait de reposoir a été reculé pour l’occasion, et encastré dans le mur.

Croix du Pinet – chemin Frédéric Roman. La croix a été réparée depuis…

* La Croix du Pinet, bénie par le curé Revel en 1791, fut donnée par Jean-Louis Imbert (1747-1809), cultivateur-vigneron, voiturier et collecteur de fonds pour la commune de St Didier, et qui habitait la maison des Vincent au Pinet.

Sous la croix, le soubassement garde le souvenir de Jean-Louis Imbert :

« Elle est pour les mortels le chemin de la gloire par la piété de Jean-Louis Imbert l’an 1791″.

Lire l’article très détaillé sur la Croix du Pinet dans « Les Cahiers du Mont d’Or : https://lescahiersdumontdor.wordpress.com/2015/10/14/la-croix-du-pinet-a-saint-didier-au-montdor/

L’arrière grand-père d’Antoine, Charles Vincent (1819-1892) Fiche de Charles VINCENT se marie en 1840 avec Jeanne Marie Bourdelin (prononcer « Bourd’lin ») dont les trois soeurs se lieront à des familles aux noms très répandus à St Didier : David, Imbert, Bénier et Damez (prononcer « Dâmé ») qui habitent aussi le Pinet en contrebas à droite de la Croix.

Enfin, celui qui chapeaute cette branche, Jean-Antoine Vincent (1789-1854), est originaire de Limonest. En 1813, alors qu’il travaillait chez la veuve de Jean-Louis Imbert, le donateur de la Croix du Pinet, il fit la connaissance de Jeanne Marie Imbert qu’il épousa la même année.

Jeanne Marie Imbert est la fille de Jean-Pierre Imbert, Maître charpentier tonnelier au Pinet et neveu du donateur de la Croix.

Jean-Pierre IMBERT, son père Jean-Baptiste,  et ses oncles (Jacques, Jean-Louis et François) sont tous Maîtres charpentiers-tonneliers au Pinet, sauf Jean-Louis, qui fut voiturier. Les maisons portent la trace de leur métier de charpentier par l’abondance de poutres de bois de grosse taille et de charpentes de belle facture. Antoine Vincent a encore dans sa ferme des billes de bois flotté de 20 mètres de longueur !

Les quatre frères Imbert du Pinet :

Jean-Baptiste Imbert (1737-1805) a signé son nom en 1803 sur une cheminée de la ferme d’Antoine Vincent.

Jacques Imbert ( 1742-1793) est charpentier et officier municipal pendant la révolution.

François Imbert (1750-1822) est charpentier-tonnelier au Pinet. Il est décédé à l’hospice de Lyon.

Jean-Louis Imbert (1747-1809) Fiche de Jean,Louis IMBERTest voiturier et collecteur des impôts pour St Didier. En 1803, Il a laissé ses marques sur les cheminées et le potager de sa maison du Pinet.

Maison Imbert - cheminée 1
Signature sur cheminée : « 1803 * F.P.R. » (Fait par)

 

Maison Imbert - le Pinet - cheminée 2 ---.jpg - réd
Signature sur cheminée – « Imbert 1803 »

Sur le four à pain « J.L. IMBER 1803 Et L’an XI »  :

Maison Imbert - Four à pain - réd
Maison Imbert – Four à pain – Signature « J.L. IMBER »
Maison Imbert - Four à pain - 1803 et l'an XI - réd
Maison Imbert – Four à pain – « 1803 et l’an XI »

Jean-Louis Imbert, en 1772, l’année de son mariage avec Jeanne Vincent, demeure chez son oncle Jean-Baptiste Bénier, le frère de sa mère.

Jean-Baptiste Bénier (1711-1783)Fiche de Jean,Baptiste BENIER , est vigneron au Pinet. Il habite la maison la plus au Nord du groupe de maisons du Pinet-haut, actuellement maison Grand qui se reliait par en-haut avec la maison de Jean-Louis Imbert.

Sur une cheminée, J.Baptiste Bénier a laissé son empreinte en gravant (ou en faisant graver) :

– Un tétraskèle côté droit, (symbole de la roue et du cycle solaire) :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Tétraskèle en gravé en relief

 

 

 

 

 

 

 

– Un coeur surmonté d’une croix, côté gauche, ( symbole du sacré-coeur, dévotion au Cœur de Jésus-Christ )

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Symbole du sacré-coeur

– sur la face, son nom et la date 1764 :

Maison Imbert - cheminée 3 - J.Baptiste Bénier - 1764 -.jpg - réd
Signature JEAN.BTE
Maison Imbert - cheminée 3 - J.B. Bénier 1764
BENIER : 1764

 

 

 

 

 

 

 

 

Le hameau du Pinet fonctionnait pratiquement en autarcie, avec un puits et un four à pain pour les foyers du Pinet d’en-haut et un lavoir pour les cinq ou six foyers du hameau.

Sources :

– Généalogie des familles, Généanet – AMilliand (AD du Rhône) : http://gw.geneanet.org/amilliand_w?lang=fr&m=S&n=vincent&p=&nz=milliand&pz=pauline&ocz=1

– St Didier il y a 200 ans, par Marcelle Fournier

– Antoine Vincent – entretien Octobre 2015

Remerciements :

– à Pierre de Laclos pour sa collaboration et ses encouragements

– à la famille descendant des Vincent/Imbert, qui nous a reçus chaleureusement dans sa maison et nous a autorisés à y faire des photos.

 

Catégories
Un peu d'histoire

Les pionniers des restaurations en pierres sèches dans le Mont d’Or

Les cabornes d’Antoine et de Vincent, situées sur le chemin de la Chussière (sur la commune de Saint-Cyr-au-Mont-d’Or), ont été les premières cabornes restaurées en 1996 (les 21, 22 et 23 mars 1996) par Antoine Perrimbert et Vincent Peytel. L’initiative a été prise par Antoine qui a sollicité Vincent Peytel, qui était en activité à cette époque. Une des idées initiales était de proposer des mini-stages d’initiation aux techniques de la pierre sèche à des jeunes en recherche d’emploi. En plus de Vincent et d’Antoine, trois jeunes ont participé à la restauration de ces cabornes.

Caborne d'Antoine
Caborne d’Antoine

Ces deux cabornes avaient été choisies à la fois parce que proches d’un sentier très fréquenté par les promeneurs (et donc d’inciter ceux-ci à respecter ces édifices, fragiles) et aussi parce qu’il y avait urgence pour l’une d’entre elles (tout un côté étant sur le point de s’effondrer).
Ces cabornes sont actuellement entretenues par l’association « Cabornes et petit patrimoine ».

Le deuxième chantier, organisé selon les mêmes principes, a permis de restaurer, entre le 21 et le 26 juillet 1997, quatre cabornes situées entre la Croix-Vitaise et le Mont Thou, au lieu-dit « Les Places » sur la commune de Couzon-Au-Mont-d ’Or. Ces cabornes se situent dans une zone de « ciret », où les pierres sont très irrégulières et rarement plates, ce qui a beaucoup compliqué le travail.

Le travail de ces deux « pionniers » a été suivi de nombreux chantiers de restauration : le sentier des cabornes de Poleymieux au Mont d’Or, le sentier de la Pierre à Saint Didier au Mont d’Or, le sentier des cabornes de Saint Cyr au Mont d’Or, mais aussi le four à chaux au lieu-dit « La Glande » à Poleymieux et la glacière de Lissieu.
Grâce à eux une partie du patrimoine du Mont d’Or a pu être mis en valeur et ainsi rappeler le passé de ce territoire.

Catégories
Un peu d'histoire

Rose ROBIER et le clos de la Rosette

Rose Robier (1892 – 1983), surnommée « La Rosette », était une agricultrice habitant au hameau du Mont Thou, et propriétaire de ce clos. Elle élevait des chèvres et deux ou trois vaches qu’elle faisait paître dans les prés environnants et dans ce clos quand il y avait suffisamment d’herbe. Jusque dans les années 1970, elle livrait son lait (de vache) et ses fromages, le lait était dans deux bidons de 20/30 litres qu’elle descendait au village de Saint Cyr soit à pied ( !) soit en charrette à bras en alternance avec son commis, Jean-Marie Gigandon.

Ce clos a aussi été utilisé pour la polyculture dans sa partie haute avec des framboisiers, de la vigne (on en voit encore des traces le long du mur du haut). La partie basse était en pré pour le foin.
Le propriétaire actuel, Louis-Pierre Perraud, agriculteur à Saint Cyr, a conservé le clos dans son état. Grâce à lui et la restauration effectuée par l’Association, ce clos a gardé son aspect originel remarquable. La commune de Saint-Cyr a permis la remise en état du chemin de Chenevier que vous allez emprunter, qui longe le clos.
A remarquer, les murs, les chirats, les cabornes tout autour de ce clos, les murs couronnés de lauses placées sur champ en biais.