Catégories
Lavoirs

Les lavandières du vallon d’Arches

Lavoir d’Arches

A St Didier au Mont d’Or, le vallon d’Arches s’étire, bucolique et champêtre, jusqu’à Rochecardon.

A l’angle du chemin des Barres, le lavoir d’Arches a accueilli nombre de lavandières venues rincer le linge de leurs « patrons ».Reconstruit en 1819, les carriers ont laissé leur signature sur les plates : 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Gaspard Chanel « P GASPARD CHANEL EN 1819 »

Lavoir d'Arches - marque François BUY

« F P M FRANCOIS BUY FILS 1819 »

ainsi que « Louis TURRIN 1851 »Lavoir d'Arches - Signature Louis Turrin

Au pied du chemin des Lavandières, qui descend du hameau du Montellier, la maison des lavandières domine la vallée d’Arches

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Alice Odin, 92 ans, habite la maison reconstruite sur l’ancien moulin d’Arche, elle raconte :

« Les lavandières venaient au lavoir le lundi, rincer leur linge. Les papotages allaient bon train.

Elles lavaient le linge qui leur était confié par Mr Rozier*, fabricant de foulard de soie à Vaise, rue de la Corderie et qui avait une maison au hameau du Monteillier.. Vers :fiche de Marc ROZIER  Il y avait des draps, qu’elle lavaient au rez-de-chaussée de la maison qui surplombe le vallon et qu’elles rinçaient au lavoir avant de les étendre sur la plate qui prolonge la maison vers le sud. Mais surtout, c’étaient les chemises, beaucoup de chemises, blanches avec des plis sur le devant.

Une fois séchées, il fallait les repasser avec les fers qu’elles faisaient chauffer sur le fourneau allumé été comme hiver. C’était un travail d’artiste de repasser tous ces petits plis… »

Les lavandières d’Arches travaillaient pour le compte de Mr Thenand, blanchisseur en Arches, né en 1874 à St Didier.

Alice Odin :

 » vers 1950, moi, j’avais mon lavoir, en contrebas du lavoir d’Arches, dans le pré aux cressonnières. Je n’allais pas au grand lavoir ».

Lavoir privé de Mme Odin
Lavoir privé de Mme Odin

 

Situé en contrebas du lavoir d’Arches, le petit lavoir est bien alimenté en eau et la couverture a été refaite. A noter, à droite de la porte d’entrée, une grande pierre plate qui fait mur, en pierre grise à gryphées de St Fortunat. L’eau arrive par un gros tuyau en béton qui court sur le mur du fond. Les dalles du sol sont en mauvais état et l’eau suinte partout. Ensuite, l’eau alimente une ancienne cressonnière, avant de traverser le chemin des Barres et passer le long de l’ancien moulin. Deux tuyaux alimentent trois réservoirs d’eau dans la cour de l’ancien moulin à huile de Mme Odin.

  • foulards Marc Rozier : La fabrique de foulards coton (carrés, écharpes, pochettes) Rozier est née place Tobie Rabatel à Lyon en 1889-1890. La société s´installe à Vaise en 1918 : un immeuble très certainement construit à partir de 1915 et une série d’atelier sur cour en coeur d’îlot, rue de la Corderie. La fabrication concerne des foulards soit à but folklorique, soit à but utilitaire : foulard rouge pour les mineurs, bleu à pois blancs pour les cheminots, à ramages jaune-ocre et rouge pour priser et chiquer. Une première extension de l’usine a lieu dans les années 1930, au 25 rue Chinard puis en 1972, où une partie des ateliers est transférée à Bourgoin-Jallieu. Ce site est toujours en activité. Les foulards vendus sous les marques Marc Rozier et Eric Provent au Japon représentent près de 70 % des ventes globales de l’entreprise. Source : http://patrimoine.rhonealpes.fr/dossier/usine-textile-dite-foulards-marc-rozier/ffddfdef-e955-4c7b-96d1-7b7f5a89dcce

Agnès M.

Catégories
Croix de chemin

Croix des Rameaux – place Lassalle – 1772 – St Cyr au Mont d’Or

Croix datée 1772, en pierre calcaire dorée, fût et croisillon de forme carrée. Est encastrée dans le mur d’une maison à gauche en descendant de la place Lassalle par la rue du Ferroux, en face du nouveau parking..

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Chaque année, le jour de Pâques, les fidèles allaient en procession jusqu’à cette croix y déposer une branche du buis qui avait été béni le dimanche précédent des Rameaux. Le cortège descendait ensuite par le chemin du Ferroux…

.  En 1771, Le curé Ranchon écrit au sujet de cette croix :

L’an 1771, le trentième jour de Mars, jour de la fête de Pâque, je Curé soussigné, ay béni la Croix dite des Rameaux , faite à neuf par Jean Marie LAURAS fils, Me tailleur de pierres, habitant du lieu; lequel auroit démoli l’ancienne croix et auroit fait construire une maison d’habitation sur la place, dans laquelle existait l’ancienne, et auroit placé la neuve vis à vis la place de l’ancienne, diere(derrière?) le mur de son jardin : ladite bénédiction faite lors de la procession générale accoutumée être faite ledit jour de Pâque. Signé Ranchon Curé.

Source : AD du Rhône – St Cyr au Mont d’Or – BMS – 1771 – page 7/25

lien vers Jean-Marie Loras : fiche de Jean,Marie LORAS

Catégories
Plaques de Cocher

Plaques de cocher dans les Monts d’Or

Les plaques de cochers en fonte datent de la  fin XIX ème, début XXème.

On désigne par plaque de cocher ces plaques directionnelles en fonte, placées à environ 3 mètres du sol sur des bâtiments publics ou quelquefois privés. Parfois sur des pyramidions en pierre, ou des poteaux métalliques, on les trouve aux carrefours et aux entrées et sorties principales des agglomérations.

Placées en hauteur pour être vues des cochers, elles se trouvent sur les anciens Chemins de Grande Communication (CGC), les Chemins intercommunaux ou d’intérêts communs (CIC) ou les Chemins vicinaux Ordinaires (VO).

A voir : Histoire des plaques de cocher : http://www.plaquedecocher.fr/

Circuit des plaques de cocher dans les Monts d’Or   

De Collonges au Mont d’Or à St Didier, 8 plaques vous guideront pour un petit circuit

Partons du hameau de la Chaux déjà connu à l’époque romaine (ancienne Villa Calciensis).

A l’angle du chemin intercommunal n°15 (actuelle route de Collonges) avec le chemin qui plonge sur Trêves-Pâques, une plaque vous dit que vous êtes sur la commune de Collonges, à 0km800 de Trêves-Pâques et à 1km700 de St Cyr au Mont d’Or.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Si vous vous placez sous cette plaque, le dos tourné à la Saône et à Trêves-Pâques, vous pouvez admirer :

– face à vous sur la droite le château (actuel C.H.S.) que Michel Perret  reconstruisit en 1875 sur les ruines de la Maison Forte des Seigneurs de la Chaux.

Face à vous sur la gauche, ce qui reste de l’ancien « Château Branlant », sorte de grosse demeure aux hautes fenêtres, somptueuse au XVIIIème siècle.Château-branlant - la Chaux - réd

Face à ce » Château-Branlant », se trouvait la demeure d’Albert Falsan, fiche d’Albert FALSAN célèbre géologue lyonnais.

– Replacez-vous devant le « Château-Branlant », à l’angle de la rue de la Chaux. Une plaque sur la maison vous dit que vous êtes sur la commune de St Cyr. Suivez la direction indiquée vers St Cyr à 1km700 par le chemin intercommunal n°15 :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En haut de cet ancien chemin, appelé maintenant route de Collonges, au croisement de la route de St Romain, une plaque sur le mur de droite vous dit que vous êtes dans le hameau de Champlong (autrefois Champs-longs), que vous êtes à 1km200 de Trêves-Pâques et à gauche à 1km300 de St Cyr.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Prenez à gauche la route de St Romain, en laissant sur votre droite le très vieux hameau de la Baticolière (anciennement « Bas-de-Colières) avec le château de Camille Bellon.

La route de St Romain vous mène tout droit vers la place des Ormes ( anciennement place d’Hormes). A l’angle de la place, sur le mur de la propriété de Grandgraves, une plaque vous indique le chemin vicinal ordinaire n°3

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

menant à l’ancienne gare de l’Ile Barbe à 1km400 ainsi que le pont suspendu de l’Ile Barbe à 1km800.

Si vous descendez la route de Lyon à gauche, vous êtes sur le chemin de grande communication n°21 qui vous mène au lieu-dit Fayolle.

Sur le mur de gauche, sous le « Pavillon Fayolle » où une ancienne niche en pierre grise à gryphées est datée de 1792, une plaque vous indique le quai Jaÿr à Vaise, à 3km300 et St Cyr à 1km600..

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ici, la frontière avec Lyon est proche, il vous faut donc reprendre le chemin de grande communication n°21 jusquà St Cyr.

Laissez-vous porter vers le haut de St Cyr et ses anciennes carrières.

Vous croisez la grande-charrière (actuelle rue du Mont d’Or) et arrivez en direction du Mont-Cindre au hameau de « La Croix de Ravennes » où une grande carrière descendait jusqu’au château..

Vous êtes sur le chemin vicinal ordinaire n°4, une plaque (de couleur verte pour une fois) sur le mur de la maison Sautreaux, 8 rue Cl.Fouilloux ( Maire de St Cyr de 1878 à 1892) vous indique ce lieu chargé d’histoire et vous invite à monter encore en direction de Poleymieux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La rue Claude Fouilloux devient étroite et de vieilles maisons cachent des jardins secrets derrière portes ou portails. Vous arrivez sur la place Lassalle (ancienne place de la Croix-des-Rameaux), rebaptisée en reconnaissance à Nicolas Lassalle, tailleur de pierre et géomètre, habitant la Côte Pin, qui fit un don de 10.000 francs à la commune pour ériger une fontaine. La fontaine Lassalle fut inaugurée en 1905.

A l’ouest, à l’angle de la côte Pin (actuelle rue Jean Meunier), vous êtes sur le chemin vicinal n°22 de Ferroux (actuelle rue du Ferroux), une plaque sur le mur du nouveau parking vous rappelle que vous êtes à la Croix-des-Rameaux et que vous pouvez vous dirigez à gauche vers le hameau de Montluc (cimetière).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais plongez plutôt par la côte Pin (actuelle rue Jean Meunier) vers le hameau des Gasses. Vous passerez devant la maison de Lambert Lassalle au n°1,tailleur de pierre et père de Nicolas et plus bas, puis devant la vieille maison de J.Baptiste Pain, bourgeois de Lyon qui possédait aussi la maison de Chatanay qui porte encore le beau cadran solaire.

Enfin laissez-vous guider vers le hameau de St Fortunat en remontant la nouvelle « rocade des Mont d’Or » jusqu’au hameau des Ardelets, après le chemin des Gorges. A droite, sur le mur d’une ancienne maison, une plaque de couleur jaune, en très bon état,  vous invite à emprunter le chemin vicinal ordinaire n° 7

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

pour aller vers la chapelle de St Fortunat, lieu de pèlerinage au 19ème siècle.

En 1911, 34 plaques de rue en émail ont été posées à St Cyr.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Plaque de rue en émail
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Fourniture de 34 plaques de rues par la sté Email-Lyon en 1911

Elles ont été fournies par la société Email-Lyon, usine d’émaillerie située à Villeurbanne.

Agnès Milliand

Catégories
Croix de chemin

Croix des Marronniers – la Bussière – St Cyr au Mont d’Or

En montant la rue Ampère, au hameau de la Bussière, prendre à droite la rue des anciennes carrières, direction les Marronniers – la Bussière. Elle est à droite dans le chemin gravillonné qui mène aux habitations. On ne voit pas la date, mais elle semble très ancienne. Fût et croisillon de forme hexagonale en pierre calcaire jaune des carrières proches de la Bussière, sans doute. Inscription à la base du fût : vraisemblablement « Via Coeli » (Chemin vers le ciel) un peu effacée.

Croix des Marronniers Bussière

Vue de la croix des Marronniers au fond Fourvière
Vue de la croix des Marronniers au fond Fourvière
Catégories
Croix de chemin

Croix des Greffières – 1681- St Cyr au Mont d’Or

Située chemin des Greffières, sur le mur du jardin de la propriété du n°8 chemin des Greffières (face au n°15).En pierre d’apparence grise, le fût et le croisillon sont de forme carrée. Elle est posée sur un socle qui repose sur le mur de la propriété.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sur le fût, un blason porte l’inscription :  » VOUS VAINCREZ EN CE SIGNE – 1681″ Ce signe serait le « chrisme », symbole chrétien formé des deux lettres grecques Χ (chi) et Ρ (rhô), la première apposée sur la seconde. Il s’agit des deux premières lettres du mot Χριστός (Christ). D’après la tradition, c’est ce signe que portait l’étendard (labarum) de Constantin Ier quand il marcha contre son rival Maxence et le battit à la bataille du pont Milvius (Le pont Milvius est un pont romain en arc fortifié-porte de ville du IIème siècle av.J.-C; sur le Tibre à Rome en Italie) en l’an 312. Par la suite, Constantin déclara qu’il avait eu un songe où il avait vu ce signe accompagné du message : « Sous ce signe tu vaincras » (In hoc signo uinces en latin, En touto nika en grec).  Hélène, mère du grand Constantin, qui était chrétienne, visita les saints lieux et eut le bonheur de découvrir la vraie croix qui était demeurée ensevelie sur le mont Calvaire avec les instruments de la Passion. Cette heureuse découverte augmenta beaucoup le nombre et la dévotion des Chrétiens.

(« Le Chrétien brûlant d’amour pour Jésus-Christ crucifié » – librairie écclésiastique de Rusand – 1825)

Catégories
Carrières et carriers

Tunnels de carrières dans les Monts d’Or

Le tunnel de carrière est une originalité des Monts d’Or.

L’un des problèmes majeur qui se posait dans l’exploitation des carrières était le traitement des déchets. En effet, les couches supérieures, notamment le ciret, situé au-dessus de la bonne pierre dorée, n’étaient pas utilisables en construction, car trop friables (mais le ciret était bon pour la chaux). Une solution étonnante a été mise en œuvre pour faire face à cette difficulté : des tunnels en pierres sèches surmontés de voûtes à claveaux ont été construits, et le marrain (déchets) a été entassé au-dessus. Ainsi, Les carriers faisaient d’une pierre deux coups, ils trouvaient là une manière de se débarrasser de leurs déchets et bénéficiaient d’un chemin propre et dégagé pour évacuer les lourdes charrettes de pierres tirées par les chevaux. Ces tunnels sont encore visibles pour certains…

                                     

Tunnel de carrière

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Front de carrière en sortant du tunnel de carrière

Front de carrière de St Romain au Mont d'Or

Gaspard LigneuxSignature LIGNEUX Gaspard - St Romain - 1855 a signé la clé de voûte de l’entrée du tunnel

En 1880, cette pierre a scellé la voûte de l’entrée du tunnel ci-dessus.

clé-tunnel-chanelette

Gaspard Ligneux est tailleur de pierre propriétaire à St Romain au Mont d’Or, où il est né en 1806, fils de Jacques Ligneux déjà tailleur de pierre et de Anne Barbaret. Il est décédé à St Romain en 1870, à l’âge de 64 ans.

On peut donc supposer que c’est son fils, Louis Ligneux (1831-1906)Signature LIGNEUX Louis - 1870 - Décès Gaspard Ligneux

aussi tailleur de pierre et propriétaire d’une carrière, qui a gravé ou fait poser cette pierre en hommage à son père.

Louis Ligneux est sans doute aussi l’auteur en 1863 de deux épitaphes très émouvantes gravées dans la pierre au bas du front de taille de la carrière, qui montrent à quel point le travail de carrier était épuisant et peu gratifiant :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Oh dure et ingrate roche pendant trente et trois années par toi nous fûmes enchaînés mais oh Dieu de bonté veille sur nous encore quelques journées et nos chaînes seront brisées.  Louis Ligneux 1863″  

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« Heureux celui qui, sans te creuser, sa vie peut passer. Car dans ton sein, ô dure roche, que de sueur il faut sécher, que de malheur et de danger il y a à éviter pour ne rien gagner. Fait ce 25 novembre 1863″

Les zones de tunnels et de carrières sont des propriétés privées qui peuvent être dangereuses, ne vous aventurez pas hors des sentiers balisés.

Photos : Merci à Michel Matray et Pierre de Laclos

Catégories
Croix de chemin

Croix du Mont Thou – la plus symbolique – 1759 – St Cyr au Mont d’Or

Nombreuses sont les croix de chemin qui ont été érigées à la suite d’une initiative privée, souvent par une famille aisée qui voulait à la fois affirmer sa foi et protéger les siens. On peut distinguer ce type de croix des précédentes car on y gravait le nom de la famille commanditaire. Parfois, on y trouvait même un blason.

Située dans le hameau du Mont Thou, en contrebas du lavoir et au croisement avec la rue Salagon qui descend à St Romain…. la Croix du Mont Thou,  est une très belle et ancienne croix (1759), en pierre calcaire grise, avec fût et croisillon de forme carrée. Posée en 1759 par le sieur Antoine Cottier ( Env.1700-1774), Maître teinturier en soye et bourgeois de Lyon, propriétaire à Salagon. On y retrouve très probablement gravés les symboles de la passion du Christ.Croix du Monthoux - 1759 - réduite

 

Sur le croisillon ont été gravés :

– en haut, INRI (Jésus de Nasareth, roi des Juifs);

– dessous une étoile flamboyante ou étoile à 5 branches ou pentagramme avec un « G » en son centre. Chère aux Francs-maçons, c’est un symbole ésotérique très ancien en rapport avec le principe initiatique. Il représente la conscience incarnée, l’esprit dans la matière. Il signifie aussi dans le répertoire symbolique chrétien les 5 plaies du Christ. Ce symbole utilisé par les carriers illustre aussi les forces de la lumière victorieuses de l’obscurité. la lettre G, nichée au cœur de l’étoile est son cœur. G pourrait être la 1ère lettre de God, Dieu en anglais ou encore Gnose Connaissance, elle pourrait être aussi Grand, Géométrie, Gravité, Guide, Gardien…

– à gauche le soleil avec ses yeux (symbole de la lumière), puis une éponge au bout d’un long bâton serait-ce la sainte éponge? : « pour répondre et atténuer l’agonie du Christ sur la croix, on porta aux lèvres de Jésus une éponge fixée au bout d’un bâton et plongée au préalable dans de la posca, ou vinaigre. Selon le récit évangélique, une éponge a donc recueilli le sang du Christ transpercé par la lance. » ;Croix du Mont Thou - Croquis - Mars 2015

– au milieu, une couronne d’épines (instrument de la passion posé sur la tête du christ avant sa crucifixion);Croix du Monthoux - Détail du croisillon - réduite                             croquis—>

– à droite, le bout de la lance du centurion (voir plus bas). . la lune de profil avec son visage sévère -d’aucun y verront peut-être le portrait du Sieur Cottier- la lune qui projette la lumière qu’elle reçoit du soleil, symbolise l ‘église.

Sur le fût, sont gravés : un très beau coq avec ses plumes, sa crête et son jabot. Le coq est le symbole du reniement de saint Pierre qui, selon l’Évangile, aurait renié Jésus trois fois avant que le coq chante deux fois. Par la suite, chaque chant du coq rappelle au saint sa trahison. Le coq, témoin de la trahison de Pierre, serait placé sur les clochers pour rappeler aux hommes leur faiblesse. posé sur un cylindre.Croix du Monthoux - détails du fût - réduite

En dessous la date de la pose de la croix, 1759, un autre bâton croise le premier et se termine par une lance qui saigne. Une tradition chrétienne veut qu’un soldat romain du nom de Longinus (en français Longin) ait percé le flanc du Christ sur la Croix à l’aide de sa lance. La tradition veut que cette lance ne cesse jamais de saigner à sa pointe.

Sous le cylindre et les bâtons : sans doute les 3 clous qui ont servi à la crucifixion.

Dessous : O CRUX AVE (salut, ô croix).

Détail du socle :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

« CETTE CROIX A ETE MIZE PAR LE SOIN DE Sr ANTOINE COTTIER BOURGEOIS DE LYON »

voir la généalogie d’Antoine COTTIER —> Fiche de Antoine COTTIER

Sources numériques :

http://hautsgrades.over-blog.com/

http://www.freemasons-freemasonry.com/etoile-flamboyante.html

Wikipédia « La passion du christ ».

Catégories
Croix de chemin

Croix du Bois – Carnot/Ferroux – 1609 – St Cyr au Mont d’Or

Face à l’ENSP, probablement la plus ancienne des croix de St Cyr puisqu’elle est datée 1609.

Chaque année les jour des Rameaux, de Pâques et de la Fête-Dieu,  les fidèles se rendaient à la Croix du Bois ( dite du Ferroux) après avoir accroché une couronne de buis à la Croix des Rameaux. A la vieille croix du Bois ou Ferroux était attachée une très ancienne croyance, à savoir qu’elle chassait les mauvais sorts. Ainsi, à minuit, on y amenait ceux que l’on voulait « débarasser ». On demandait alors au Seigneur la grâce de cette délivrance.

(St Cyr et les Monts d’Or – Dr Gabourd – 1967 – page 112-113)

Fût et croisillon de forme carrée, en calcaire à gryphées gris et jaune. En 2014, un morceau de cette croix a été cassé et a révélé une belle pierre gris et jaune comme l’était la pierre des carrières de la Grande Charrière (rue du Mont d’Or) d’après le carrier Mr Jean Girard

Croix rue Carnot -Ferroux - Détail -1609 - réduite
Détail blason

Croix rue Carnot- chemin du Ferroux - 1609.jpg - réduite

vue de la tranche cassée et réparée
vue de la tranche cassée et réparée

Catégories
Croix de chemin

Croix des Combes – St Cyr au Mont d’Or

A l’angle du chemin des Combes et de la route de St Romain au Mont d’Or, sur un mur de propriété. Croix « patonnée » ou fleurdelysée (ou florencée) avec une petite rosace sculptée au centre du croisillon, sur un socle très sculpté,avec de grosses volutes enroulées sur elle-mêmes qui sont caractéristiques de l’art baroque (fin 16e siècle-déb.18e) . Sa soeur jumelle est au carrefour des Ormes à St Cyr.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Catégories
Croix de chemin

Croix de la place des Ormes – St Cyr au Mont d’Or

Située sur le mur de la propriété Thomas, à l’angle de la route de St Cyr à Lyon avec la rue Elysée Thomas. Cette croix signale l’aménagement de la place des Ormes, où l’on avait planté des « petits ormes » sous Henri IV. C’est là que Louis XIII fit son entrée solennelle en 1642, reçu sous des tentes de soie par l’élite lyonnaise. (source : Sylvie Piloix, historienne pour l’association la Pie Verte)

On peut y voir une fleur de lys sculptée et de de grosses volutes enroulées sur elle-mêmes qui sont caractéristiques de l’art baroque (fin 16e siècle -déb.18e);

Cette croix est citée dans le procès du Sieur Flory, propriétaire aux Ormes (Maison Thomas actuelle) contre la commune de St Cyr au Mont d’Or, en 1829 :

« Et les deux extrémités du mur riverain du chemin sont terminées en pans coupés, pour faciliter la viabilité au public! et l’un des deux est surmonté d‘une croix antique sculptée qui atteste là, comme d’autres croix , la rencontre de trois chemins publics. »

« Deux tilleuls de trois siècles, vrais géants dans leur espèce, et un autre tilleul, situé un peu plus au nord, vieillard de deux siècles au moins, plantés évidemment pour l’ornement du lieu, la commodité et l’agrément du public, attestent que le sol qui fut leur berceau était autrefois, comme aujourd’hui, un lieu public.

Enfin, une croix en pierre, qu’on voyait encore en 1749, sur un point de l’espace qui forme maintenant esplanade, constatait à son tour que le lieu où elle s’offrait à la vénération des fidèles, et servait de station aux processions publiques, surtout à celles des rogations, était nécessairement un lieu public, une place publique… Voilà le lieu dont le Sieur Flory voudrait se faire une propriété privée… »

(Mémoire pour la commune de Sain-Cyr au Mont-d’Or, contre le sieur Michel Flory, pages 24-35 – 3…) https://books.google.fr/books?id=fqCOqtq4HgMC&pg=PA26&lpg=PA26&dq=sieur+flory+st+cyr+au+mont+d%27or&source=bl&ots=8Up0Gr2mdZ&sig=-6JUny99-7XNf0L22kpqOY5SO1o&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj3xp3PscjLAhVFAxoKHY_dBiwQ6AEIHjAA#v=snippet&q=croix&f=false

Le croisillon a été refait à neuf, l’original était sans doute fleurdelysée comme l’est celle du chemin des Combes qui est un peu sa soeur jumelle (voir plus haut).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA